Ce que ce guide vous apprendra:

  • Distinction entre les termes ICO, IEO, IDO et IGO.
  • Éviter les arnaques crypto liées aux levées de fonds.

À savoir avant de commenter ce guide:

Pas de prérequis.

Pour une entreprise qui souhaite se lancer sur le marché des nouveaux produits ou services, il est indispensable de disposer d’un capital initial. Conscients de ce fait, certains entrepreneurs font recours à des investisseurs afin d’obtenir un financement. Les démarches classiques permettant de collecter des fonds pour financer un projet peuvent être contraignantes et chronophages. Mais, depuis quelques années, les start-ups se tournent de plus en plus vers l’ICO. Il s’agit en effet d’un moyen de collecte de fonds plus moderne et plus rapide.

Les différents types d’ICO

Acronyme de l’anglais Initial Coin Offering (Offre Initiale de Jetons), une ICO est une méthode moderne de collecte de fonds par les entreprises crypto en manque de fonds pour lancer un nouveau projet. En général, lancer une ICO consistera, pour une start-up, à créer et émettre des jetons (tokens) en rapport avec le projet ayant besoin de financement. Ces tokens seront ensuite achetés par des investisseurs convaincus de la pertinence et de la rentabilité du projet en question. 

Dans les normes, la start-up qui vend les tokens doit permettre aux investisseurs d’obtenir, à l’avenir, des privilèges en rapport avec les produits ou services qui seront réalisés dans le cadre du projet. Citons notamment le droit d’accès aux services ou produits qui seront proposés par l’entreprise. Notons que les tokens peuvent également être utilisés comme un indicateur de détention de parts dans le projet concerné. 

Précisons que l’acquisition de tokens est dépendant d’un projet spécifique, et n’offre pas de parts ou actions de l’entreprise en question. 

Ainsi, acquérir un token pour un client ne signifie pas pour autant que ce dernier détiendrait des parts dans l’entreprise. 

L’ICO privée

Une ICO est dite privée lorsqu’elle n’est destinée qu’à un groupe ciblé de personnes. Dans ce cas, la start-up qui se lance dans la création de cryptos décide de recevoir des investissements uniquement de la part d’autres entreprises, ou alors, de particuliers respectant les critères que cette start-up aura prédéfinis. Si une personne (physique ou morale) ne respecte pas ces critères, elle ne pourra pas acheter les tokens mis en vente par l’entreprise. Généralement, un montant d’investissement minimum est également fixé dans les ICO privées.

Binance

  • Faibles frais
  • Plus de 600 cryptos
  • Plus gros exchanges crypto

L’ICO publique

Contrairement à l’ICO privée, l’ICO publique est destinée à tout le monde. N’importe qui peut donc acheter les tokens de l’entreprise.

Comment lancer une ICO ?

Le lancement d’une ICO par une start-up, que cette dernière soit publique ou privée, se déroule suivant un certain nombre d’étapes spécifiques : 

  1. L’annonce de l’ICO : le projet qui va faire l’objet de la création des tokens est annoncé par les membres de la start-up. L’ICO peut être listé sur plusieurs sites spécialisés comme IcoHotList.com. Pour convaincre les investisseurs et obtenir un financement, la start-up rédige un livre blanc ou white paper dans lequel elle fournit toutes les informations se rapportant à leur projet. Ce document est publié en même temps que l’annonce officielle de création de l’ICO. Voici comment créer un white paper de crypto-monnaie.
  2. La promotion de l’ICO : via les réseaux sociaux généralement, la start-up indique la date de mise en vente de ses premiers tokens et réalise une campagne commerciale dans le but d’attirer le maximum d’investisseurs.
  3. La vente : à la date prévue, les premiers tokens sont achetés par les investisseurs. Cette étape peut se dérouler en différentes phases et la valeur du token peut évoluer. 
  4. L’émission et la distribution des tokens : la start-up se charge de produire les tokens en rapport avec son projet. Pour ce faire, elle doit recourir aux plateformes blockchain ou créer sa propre blockchain. Ensuite, les tokens sont distribués aux investisseurs proportionnellement au montant investi. 

Comment les start-ups finançaient-elles leurs projets avant l’arrivée de l’ICO ?

La première ICO a été lancée en 2013 par MasterCoin. À ce jour, l’ICO qui a connu le plus grand succès est EOS. Elle a notamment permis de collecter plus de 4 milliards de dollars dans la vente de ses tokens. 

Avant l’avènement des ICO, les start-ups étaient dans l’obligation de vendre des parts de leurs entreprises aux investisseurs. L’investisseur ayant acheté une action ou part de l’entreprise devient alors actionnaire minoritaire ou majoritaire de cette dernière, en fonction du nombre d’actions qu’il a achetées. 

Cette manière de procéder n’avantageait pas toujours les propriétaires d’entreprise qui n’avaient plus la totale maîtrise de leurs entreprises. Afin de pallier cet inconvénient, l’ICO est donc une solution. En effet, l’achat de tokens ne donne aucun droit à l’investisseur sur les actions de l’entreprise, mais uniquement sur le projet dans lequel il a investi.

Capital.com

  • Reputable broker
  • Flexible CFD trading
  • Free financial information

Qu’est-ce qu’une IEO ?

À l’instar de l’ICO, l’IEO (Initial Exchange Offering) est également, pour les entreprises, un moyen de collecter des fonds afin de financer un projet. Précisons toutefois que l’IEO est beaucoup plus stricte que l’ICO. Le principe reste le même : une start-up met en vente des tokens liés à un de ses projets, et des investisseurs achètent. 

Dans le cas d’une ICO, c’est l’entreprise elle-même qui se charge de vendre et donc de collecter son financement via sa propre plateforme. Mais, avec l’IEO, l’entreprise confie ce travail à une plateforme d’échange centralisée (CEX). Cette dernière étudie de façon minutieuse le projet qui lui est soumis avant de l’accepter. Il est donc plus sûr, pour un investisseur, d’investir dans une IEO plutôt que dans une ICO. 

Lorsque le projet est accepté par la plateforme centralisée, cette dernière servira d’intermédiaire entre l’entreprise et les investisseurs. Le projet sera visible sur la plateforme et tout achat de tokens du projet se fera via cette plateforme. L’autre avantage majeur de l’IEO par rapport à l’ICO repose sur le listing des jetons pour le trading. En effet, pour une ICO, l’entreprise devra elle-même se rapprocher des exchanges pour ce faire. Par contre, dès que les tokens sont mis en vente via IEO, le listing s’ensuit après l’opération.

Comment participer à un projet IEO ?

Pour le moment, la plateforme de projet IEO la plus populaire est celle de Binance, Binance Launchpad. Elle a servi au lancement de projets qui ont connu de grands succès. C’est le cas par exemple du projet BitTorrent de Tron. Lancé en 2019, il a permis à la start-up TRON de récolter en quelques minutes plus de 7 milliards de dollars. Néanmoins, Binance Launchpad n’est pas la seule plateforme IEO existante. On a également OKJumpstart de Okex, Bittrex International IEO de Bittrex, IDAX Launchpad de IDAX, etc. 

Voir aussi : Le launchpad : comment ça marche ?

Afin de participer à un projet IEO, l’investisseur doit se rendre sur une plateforme centralisée et s’y inscrire. Ces plateformes présentent généralement une liste assez fournie de projets. Il reviendra à l’investisseur de les analyser afin de choisir le projet qui lui convient le mieux. Pour une analyse pertinente, les plateformes IEO fournissent le white paper de chaque projet. C’est à partir de ce document que l’investisseur devra prendre une décision. Après avoir choisi son projet, il peut acquérir directement les tokens, si la vente est déjà en cours. Dans le cas contraire, il lui faudra attendre le lancement de la vente.

Qu’est-ce qu’une IDO ?

Les IDO (Initial Dex Offering) s’inscrivent dans la même logique de collecte de fonds que les ICO et les IEO. Précisons toutefois qu’elles proposent une nouvelle façon de procéder, plus simplifiée et plus rapide. Apparue en 2019, l’IDO a rapidement conquis le marché des collectes de fonds grâce aux cryptomonnaies. 

Aujourd’hui, les start-ups porteuses de grands projets ont tendance à préférer les IDO aux ICO, et même aux IEO. En effet, ce qui fait la force de l’IDO, c’est son aspect décentralisé. Contrairement aux autres IEO qui sont gérées par des plateformes centralisées, les IDO proposent des plateformes entièrement décentralisées (DEX) pour la vente des tokens, et ce, sans aucun intermédiaire. 

Une IDO typique permet aux investisseurs de verrouiller des fonds dans un contrat intelligent avant qu’un projet ne lance son jeton natif. Les investisseurs reçoivent les nouveaux jetons en échange de fonds verrouillés qui sont transférés au projet au moment de la génération et de la libération du jeton.

Les plateformes DEX peuvent aussi réaliser une étude minutieuse et rigoureuse du projet avant de décider de lister son IDO. Si le projet est accepté, l’entreprise est autorisée à vendre par elle-même ses tokens aux investisseurs sans aucun intermédiaire. De même que l’IEO, les tokens sont immédiatement listés sur le DEX après l’IDO.

Comment participer à un projet IDO ?

Un investisseur qui souhaite acquérir des tokens via IDO doit se rendre sur les plateformes spécialisées comme Pinksale. Il suffit de connecter son portefeuille pour acheter des tokens en IDO. Les IDO concernent en général de petits projets et lèvent des montants beaucoup plus faibles que les ICO.

Qu’est-ce qu’une IGO ?

L’IGO (Initial Game Offering) est un autre mode de financement de projet dans l’univers crypto. Précisons cependant que sa spécificité réside dans le fait qu’elle est seulement destinée à la collecte de fonds pour un type de projet spécifique : les jeux crypto. Ainsi, une entreprise qui souhaite lancer un projet de jeux vidéo sur le marché ferait mieux d’avoir recours à une IGO plutôt qu’à une ICO, une IEO ou même une IDO. 

En général, ce sont soit des tokens ordinaires soit des NFT qui constituent les jetons créés et mis en vente par la start-up . Les NFT achetés par les investisseurs leur serviront plus tard dans le cadre du futur jeu vidéo qui sera réalisé par l’entreprise ayant lancé le projet. En fonction du nombre de ces NFT, ils auront par exemple accès à des ressources ou options supplémentaires dans le jeu, voire sa gratuité ou une réduction de son prix d’achat au moment de sa sortie. Il est également possible pour les investisseurs de vendre ces NFT sur des plateformes d’échange. 

L’introduction de l’IGO a résolu le problème majeur de financement auquel étaient confrontées les start-ups créatrices de jeux vidéo. En effet, obtenir un financement pour lancer un jeu vidéo était plus difficile qu’obtenir un financement pour tout autre type de projet avec des cas d’utilisation concrets. Grâce à cette nouvelle méthode de collecte de fonds, on retrouve de plus en plus de jeux vidéo dans l’univers du gaming.

Comment participer à un projet IGO ?

Pour prendre part à un projet IGO, et donc acheter des tokens ou des NFT, l’investisseur doit souvent remplir certaines conditions comme l’inscription sur une Whitelist du projet. C’est une liste sur laquelle figurent les adresses de portefeuilles des personnes éligibles qui ont exécuté au préalable certaines tâches indiquées par les développeurs. 

Trading 212

  • Trading sans commission
  • Instruments avancés d’analyse
  • Possibilité d’accéder au marché mondial

Qu’est-ce qu’une prévente ?

Il faut noter qu’aujourd’hui le terme prévente est davantage utilisé pour désigner toute levée de fonds en cryptos. 

Que ce soit avec une ICO, une IEO, une IDO ou une IGO, il s’agit de la collecte de fonds par l’entreprise ou la start-up avec la vente des tokens ou de NFT. Même si elles ne se réalisent pas toujours sous le contrôle de l’entreprise, le début et la fin de cette vente sont décidés par la start-up. Trois étapes sont généralement à prévoir : la vente privée, la prévente et la vente publique. 

La première étape du processus de vente est destinée aux acteurs internes du projet ainsi qu’aux membres de la start-up qui la lancent. Pendant la période définie pour la vente privée, seuls ces acteurs pourront acquérir les tokens du projet. 

Ensuite vient la prévente. Cette lors de cette étape que les tokens seront accessibles à des personnes externes au projet, mais pas encore au grand public.

La dernière étape est donc la vente publique qui rend accessibles les tokens à tout public. De nos jours, cette étape est aussi couramment appelée prévente.

La prévente reste une étape importante et intéressante de la vente des tokens pour le compte d’un projet, surtout pour les investisseurs qui achètent. En effet, c’est durant cette vente qu’ils auront le plus de chance d’acquérir les tokens à leurs prix les plus bas. En général, les start-ups ont tendance à baisser les prix de leurs tokens et à accorder de nombreuses réductions afin d’attirer de nombreux investisseurs. Par conséquent, pour un investisseur qui souhaite acheter des tokens ou des NFT dans le but de réaliser le maximum de profits plus tard, la prévente est le meilleur moment.

Achat de tokens : comment éviter de se faire escroquer ?

Il est possible qu’un investisseur qui souhaite acquérir des tokens se fasse escroquer. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est important de connaître les types de projets dans lesquels investir. Étant donné que les projets IEO et IDO sont vérifiés et validés par des plateformes centralisées et décentralisées avant d’être publiées, ils sont donc logiquement plus fiables que les ICO et IGO. Ce qui ne signifie pas que toutes les IGO et ICO sont synonymes d’escroqueries. Avant d’acheter des tokens dans ces deux dernières, il faut que vous preniez quelques dispositions.

Avant tout achat, il est conseillé de lire le livre blanc du projet où l’identité de ses initiateurs doit être clairement mentionnée. Si ce n’est pas le cas, le projet doit être considéré comme étant douteux. En outre, il faut vérifier la campagne commerciale autour dudit projet. En effet, tout projet fiable doit toujours faire l’objet d’une campagne commerciale sérieuse. 

Par ailleurs, il faut visiter le site web de la start-up afin de s’assurer de sa bonne renommée. De même, vérifier les interactions sur les différents réseaux sociaux. Au moindre doute, il serait plus prudent de s’abstenir d’investir dans le projet.

FAQ - Questions fréquentes sur les ICO, IEO, IDO et IGO

À quoi sert une ICO ?

Une ICO est un moyen dont disposent les entreprises pour lever des fonds en vendant des jetons numériques.

Quels sont les éléments qui déterminent la réussite d’une ICO ?

Les éléments nécessaires sont une équipe solide et expérimentée, un bon roadmap, une excellente stratégie de marketing et un white paper détaillé.

L’achat de tokens dans le cadre d’une ICO présente-t-il des risques ?

Oui, l’achat de tokens lors d’une ICO comporte certains risques qu’il est important de prendre en compte. Tout d’abord, les tokens sont extrêmement volatils et leur prix peut varier fortement après le lancement de l’ICO. Bien que les ICO représentent des opportunités d’investissement, il est donc essentiel de mener des recherches approfondies sur le projet et l’équipe avant d’acheter des tokens afin de limiter les risques.  

Pourquoi investir dans une ICO ?

Le principal avantage réside dans le fait de pouvoir investir dans une crypto dès son lancement.

Sur l'auteur

Allan Mayfield

Robert Balmes est analyste financier depuis 2013. Il est expert dans les marchés actions, le Forex et les cryptomonnaies. Il participe à l’élaboration d’articles de fond sur des sites spécialisés comme Tokize.com.