La Police Judiciaire (PJ) portugaise, en collaboration avec Europol, Eurojust et les autorités judiciaires de plusieurs pays de l’UE, a démantelé avec succès un réseau criminel d’escrocs de cryptomonnaies qui tentaient de blanchir plus de 10 € millions, comme annoncé dans un communiqué de presse le 31 mai 2024. Les autorités ont effectué des perquisitions dans 15 maisons et démantelé 2 réseaux de recrutement de mules d’argent prétendument travaillant pour des escrocs de cryptomonnaies impliqués dans des schémas « rip-deal ». Les enquêteurs se sont d’abord concentrés sur les mules d’argent, traçant le flux financier pour découvrir le réseau criminel plus vaste.

Le Crime

Les escrocs ciblaient des individus riches avec un haut pouvoir d’investissement et intéressés par l’immobilier. À la fin de l’enquête, les principaux auteurs des crimes résidaient en France et Italie, mais avaient fait des victimes au Portugal, Suisse, Italie, Roumanie, Espagne et Autriche. Ils utilisaient des cryptomonnaies et plusieurs applications pour faciliter le schéma. Après avoir contacté les victimes, ils fixaient des rendez-vous dans des lieux de luxe et les instruisaient de télécharger des applications de gestion de cryptomonnaies. Une fois que les victimes installaient ces applications, les criminels prenaient le contrôle en ligne de leurs wallets — portefeuilles de cryptomonnaies.

De plus, les criminels sous-traitaient le blanchiment d’argent à deux autres réseaux. Ces réseaux recrutaient des mules d’argent — des individus qui recevaient de l’argent sur leurs comptes bancaires et le transféraient ensuite vers un autre compte ou le retiraient en espèces, le remettant à une autre personne en échange d’une commission. Les victimes ne réalisaient que leurs fonds avaient disparu de leurs portefeuilles de cryptomonnaies qu’une fois les paiements effectués.

L’Enquête

L’enquête de la PJ, appelée « Trust », a duré deux ans. Les autorités portugaises ont été soutenues par Eurojust, Europol et les agences d’application de la loi d’Italie, Espagne, France, Allemagne, Roumanie, Autriche et Suisse. L’enquête a culminé en opérations de perquisition dans plusieurs pays, résultant en l’arrestation de 11 personnes et la saisie d’une large gamme de cryptomonnaies, pouvant inclure Bitcoin, Ethereum, Decentraland et Solana.

Initiatives futures

Après l’enquête, Europol a lancé une campagne de prévention en ligne pour sensibiliser aux activités des mules d’argent. La campagne éduque le public sur le mode opératoire des escroqueries et met en avant les caractéristiques identifiant les groupes les plus vulnérables à ces schémas. En plus de prendre ces mesures importantes pour éviter d’être impliqué dans des escroqueries, les investisseurs peuvent également utiliser des plateformes comme eToro, car celle-ci a déjà établi une bonne réputation dans la région pour être fiable et efficace.

eToro

  • Plateforme #1 de copy trading
  • Réseau social de traders intégré
  • Trading de CFD cryptos