Le terme cryptomonnaie a été largement popularisé grâce au Bitcoin. Depuis, il est très utilisé dans les articles pour parler des différents coins. Pour autant, au sens strict terme, il ne désigne qu’une certaine catégorie de coins. En effet, une cryptomonnaie est un coin qui fonctionne sur sa propre blockchain. Bitcoin, Ethereum, Cardano (ADA), Solana (SOL) sont des exemples de cryptos. L’autre grande famille de coins s’appelle les tokens ou jetons. Un token est un actif numérique qui utilise une blockchain existante. La norme la plus utilisée dans le domaine des tokens est l’ERC20. Découvrez dans ce guide ce qu’est un token ERC20, ses avantages ainsi que ses applications.

​Qu’est-ce qu’un token ERC20 sur la blockchain Ethereum ?

Découvrez ci-dessous les grandes caractéristiques d’un jeton ERC20.

​Un token ERC20, c’est quoi ?

La terminologie ERC20 se décompose en deux parties. « ERC » est un acronyme anglais qui signifie « Ethereum Request for Comments », ce qui peut se traduire en français par « demande Ethereum de commentaires ». Concrètement, un ERC est un protocole qui permet aux développeurs de proposer des améliorations ou des changements auprès de la communauté Ethereum. Le protocole ERC concerne uniquement des spécifications portant sur les tokens et les smart contracts. Le chiffre « 20 » est l’identifiant de la proposition et permet de désigner une certaine catégorie de tokens.

L’ERC20 est l’un des ERC les plus importants sur le réseau Ethereum. Il constitue à l’heure actuelle la norme en ce qui concerne les smart contracts sur la blockchain Ethereum. Mais plus précisément, qu’est-ce qu’un token ERC20 ? Un jeton ERC20 est un actif numérique qui peut être acheté, vendu, échangé, qui possède une valeur (un cours), fonctionne sur la blockchain Ethereum et suit la norme ERC20. En étant conçus avec cette norme ERC20, ces tokens peuvent être utilisés par les smart contracts, eux-mêmes gérés par l’Ethereum Virtual Machine (EVM).

Concrètement, un token ERC20 est similaire au Bitcoin à la seule différence qu’il ne possède pas sa propre blockchain et utilise celle de l’Ethereum. En conséquence, les transactions de tokens ERC20 mettent en jeu des frais de gas liés à l’Ethereum. L’Ethereum n’est pas la seule blockchain à utiliser des tokens. Par exemple, la blockchain Binance possède également des tokens qui suivent une norme commune similaire à l’ERC20. Puisque ces tokens fonctionnent sur la blockchain Binance, la norme utilisée s’appelle BEP20.

À l’heure actuelle, les tokens ERC20 sont les plus nombreux sur le marché. Ces tokens ont un cours qui varie ou qui est stable dans le cas des stablecoins. Shiba Inu, Dai, Pepecoin et Arbitrum font partie des tokens ERC20 les plus connus sur le marché à l’heure actuelle.

jetons ERC20

​Un token ERC20, ça sert à quoi ?

La norme ERC20 permet d’assurer la compatibilité entre les tokens fonctionnant sur l’Ethereum. Cela facilite le travail des développeurs et contribue à l’interopérabilité de l’écosystème. Avec cette norme, les développeurs ont lancé de nombreux tokens, ce qui a permis de diversifier le marché et d’apporter de nouvelles applications. Par exemple, Shiba Inu et Pepecoin appartiennent à la catégorie des mème coins. Ce sont des tokens qui ont été lancés sur le marché suite à un pari ou une blague au départ. Ces tokens ont gagné en crédibilité par la suite et sont des actifs très utiles pour faire de la spéculation.

Dans un autre domaine, les tokens ERC20 peuvent être des stablecoins comme le Dai (DAI). Un stablecoin est une cryptomonnaie qui possède un cours stable. Ce type d’actifs est très prisé des investisseurs car il constitue un refuge contre la volatilité des cours. Tout savoir sur les crypto-monnaies ici.

Les tokens ERC20 sont également utilisés pour le fonctionnement de plateformes métavers. C’est le cas par exemple du token The Sandbox (SAND).

Enfin, une autre catégorie de tokens ERC20 porte sur la DeFi ou la finance décentralisée. Ces tokens permettent le fonctionnement de plateformes qui proposent des produits financiers (prêt, emprunt, staking crypto, etc.) décentralisés. La norme ERC20 permet donc de construire des tokens qui touchent à tous les domaines.

​Comment créer un token ERC20 sur Ethereum ?

Un token ERC20 est un actif numérique. Aussi, la création de ce jeton passe inévitablement par des lignes de code et fait appel à des notions de programmation. Le langage informatique utilisé sur la blockchain Ethereum est spécifique et s’appelle Solidity. Pour créer un token ERC20, il est donc nécessaire que le développeur apprenne ce langage.

Pour créer un token ERC20, la première étape est de donner un nom au jeton et un symbole (ou « ticker »). Par exemple, le symbole du token The Sandbox est SAND. Dans les grandes lignes, il faut savoir que le standard ERC20 nécessite la programmation des 6 « fonctions » (ou paramètres) obligatoires suivantes :

  • totalSupply : Le développeur doit indiquer le nombre maximum de tokens qui peuvent être créés. Une fois cette limite atteinte, le smart contract ne permettra pas la création de nouveaux tokens.
  • BalanceOf : Cette fonction permet d’indiquer combien de tokens sont présents sur un wallet.
  • Transfer : Cette fonction assure le transfert de tokens. Elle permet de prélever le nombre de tokens indiqués parmi ceux en circulation pour les déposer sur l’adresse de l’utilisateur en question.
  • TransferFrom : Il s’agit d’une autre méthode pour assurer le transfert de tokens entre utilisateurs.
  • Approve : Cette fonction permet au smart contrat de vérifier qu’il peut bien transférer les tokens à un utilisateur en fonction du nombre de tokens restants.
  • Allowance : Cette fonction permet au smart contract de vérifier qu’un utilisateur dispose bien du nombre de tokens suffisant avant d’effectuer le transfert.
blockchain Ethereum

​Les avantages des tokens ERC20 pour les entreprises et les investisseurs

Comme mentionné ci-dessus, la norme ERC20 est la plus présente sur le marché des tokens. Pourquoi un tel succès ? Tout d’abord, la norme ERC20 s’applique sur l’Ethereum, qui est la blockchain la plus utilisée dans le domaine des applications décentralisées. L’Ethereum est la blockchain reine en matière de web3 et de DeFi. Grâce à la popularité de l’Ethereum, la norme ERC20 s’est vite imposée comme un standard dans l’industrie des tokens.

Un autre avantage important de la norme ERC20 tient à sa simplicité. En effet, elle permet de créer un token facilement. Certes, la création fait appel à des notions de programmation informatique. Pour autant, la norme simplifie grandement le travail des développeurs qui ont simplement à suivre et à appliquer toujours la même méthode.

Mais l’avantage majeur de la norme ERC20 est d’assurer la compatibilité entre tokens. Avant sa création, les développeurs devaient créer leur propre token depuis la page blanche. Il en résultait des tokens complètement différents sur le plan technique. Le seul moyen de pouvoir faire l’échange de tokens consistait alors à créer des passerelles.

​Les différences entre les tokens ERC20 et les autres normes de tokens telles que ERC721 et ERC1155

Si les tokens ERC20 sont les plus connus, ce n’est pas la seule norme présente concernant les jetons sur Ethereum. Par exemple, il existe également l’ERC721 et l’ERC1155. Quelles sont les principales différences ?

différences entre jetons ERC20, ERC721 et ERC1155

​Token ERC20

La norme ERC20 s’applique pour des jetons dits fongibles. Cela signifie que les tokens sont similaires et interchangeables. Par exemple, un token The Sandbox est rigoureusement identique à un autre jeton The Sandbox du point de vue de sa valeur et de sa conception. Le standard ERC20 s’applique à beaucoup de tokens, comme ceux du métavers, de la DeFi, des stablecoins, etc.

​Token ERC721

A l’inverse, l’ERC721 est une norme qui s’applique à la conception de tokens non fongibles. Il s’agit de tokens uniques qui ne sont pas interchangeables. Si vous suivez l’actu crypto, la notion de tokens non fongibles vous fait forcément penser aux… NFT ! En effet, un NFT est un contenu numérique (vidéo, image, etc). Chaque NFT est associé à un token stocké sur la blockchain qui permet de garantir son authenticité, ses caractéristiques, son propriétaire, etc. Ce token possède un identifiant qui lui est propre, il est non fongible puisqu’il contient les informations propres à un NFT en particulier. Voir ce qu’est un NFT ici.

​Token ERC1155

Enfin, l’ERC1155 est un nouveau standard qui se positionne entre les deux ERC précédemment mentionnés. Il permet la création de tokens dits « semi-fongibles ». Comme sur l’ERC721, les tokens ERC1155 possèdent un identifiant qui leur est propre. Par contre, la grande différence est que ce token peut être subdivisé en plusieurs tokens identiques ou fongibles. C’est pourquoi, on parle dans ce cas de tokens semi-fongibles.

L’ERC1155 permet notamment la tokenisation d’actifs, un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Prenons un exemple simple dans l’immobilier. Un ensemble de bâtiments peut être tokenisé, ce qui permet de donner l’occasion aux investisseurs de devenir propriétaire d’une partie d’un bien. Concrètement, dans ce cas, un bâtiment peut être lié à un token possédant son propre identifiant, par exemple ID 1. Le token ID 1 peut posséder par exemple 1 000 tokens identiques. Ces tokens seront disponibles à la vente auprès des investisseurs. Chaque token représente une partie du loyer. Un investisseur touchera une partie de la location du bien d’autant plus importante qu’il possède beaucoup de tokens.

​Les projets les plus populaires utilisant des tokens ERC20

Les tokens ERC20 sont très nombreux sur le marché. D’après le site CoinMarketCap, il existerait plus d’une centaine de tokens ERC20. Une façon de jauger la popularité d’un token est de regarder la capitalisation du projet. La capitalisation se calcule comme le produit du nombre de tokens sur le marché par son cours actuel. La capitalisation diluée est similaire, à la différence qu’elle prend en compte dans le calcul le nombre maximum de tokens et pas simplement le nombre en circulation.

Les 15 projets ERC20 les plus importants à l’heure actuelle du point de vue de leur capitalisation sont :

  • USD Coin (USDC), 25 milliards d’euros ;
  • Dai (DAI), 4,2 milliards d’euros ;
  • Wrapped Bitcoin (WBTC), 4,3 milliards d’euros ;
  • Shiba Inu (SHIB), 4,1 milliards d’euros ;
  • UNUS SED LEO (LEO), 3,3 milliards d’euros ;
  • Chainlink (LINK), 3 milliards d’euros ;
  • Uniswap (UNI), 2,7 milliards d’euros ;
  • TrueUSD (USD), 2,6 milliards d’euros ;
  • OKB (OKB), 2,2 milliards d’euros ;
  • Cronos (CRO), 1,3 milliard d’euros ;
  • Quant (QNT), 1,1 milliards d’euros ;
  • Aave (AAVE), 960 millions d’euros ;
  • The Graph (GRT), 960 millions d’euros ;
  • Maker (MKR), 870 millions d’euros ;
  • The Sandbox (SAND), 708 millions d’euros.

​Comment acheter et vendre des tokens ERC20 sur des échanges de cryptomonnaies ?

Les tokens ERC20 sont des actifs numériques similaires aux cryptos comme le Bitcoin (BTC). Comme le Bitcoin, ils peuvent donc être échangés sur des plateformes d’échanges cryptos centralisés (ou CEX), aussi appelées exchanges. À l’heure actuelle, les plus gros exchanges sont Binance, Coinbase et Kraken.

Binance

  • Faibles frais
  • Plus de 600 cryptos
  • Plus gros exchanges crypto

Sur ces plateformes, il vous suffit d’ouvrir un compte, de déposer des fonds et de procéder à l’échange. Les tokens achetés seront transférés sur votre wallet personnel que vous aurez connecté à la plateforme. Certaines plateformes permettent d’acheter des tokens directement à partir d’argent fiat à l’aide de votre carte bancaire ou par virement. Les plateformes d’échange sont le moyen le plus simple pour acheter ou vendre des tokens ERC20. Si vous débutez en crypto, nous vous recommandons de passer par les services d’un exchange.

Mais les tokens ERC20 peuvent aussi s’acheter ou s’échanger d’une autre manière. En effet, grâce à la compatibilité assurée par la norme ERC20, ils peuvent être échangés sur des exchanges décentralisés (ou DEX). Ces plateformes fonctionnent sans intermédiaire et mettent en jeu des frais moins élevés que les CEX. De plus, grâce à leur décentralisation, vous gardez à tout moment la main sur vos tokens.

Pour échanger des tokens ERC20 sur ce type de support, vous devez choisir un DEX qui gère la norme ERC20, autrement dit qui fonctionne sur la blockchain Ethereum. Ça tombe bien, c’est le cas de la plus grande majorité des DEX ! À l’heure actuelle, le DEX le plus connu pour l’échange de tokens ERC20 est Uniswap.

Uniswap

  • Exchange décentralisé numéro 1
  • Intègre la BNB Chain
  • Grosse liquidité

​Les normes de sécurité pour les tokens ERC20 et comment les vérifier

La sécurité des tokens ERC20 dépend de celle de la blockchain sur laquelle ils sont construits, c’est-à-dire l’Ethereum (ETH). La blockchain Ethereum utilise le protocole de la Proof-Of-Stake. En plus d’être vertueux, ce protocole fournit à la blockchain un haut niveau de protection contre les attaques.

​Les perspectives futures pour les tokens ERC20 dans l’écosystème Ethereum et au-delà

L’émergence du marché des tokens ERC20 remonte à 2018. À ce moment-là, l’écosystème Ethereum n’en était qu’à ses débuts. Puis le marché s’est développé avec l’augmentation des applications décentralisées construites sur l’Ethereum. Le vrai boom des tokens ERC20 s’est déroulé en 2020 et 2021. Durant ces deux années-là, le marché des cryptomonnaies va connaître un bull run historique. Le nombre de projets et d’applications a alors explosé sur Ethereum.

Les perspectives pour les tokens ERC20 sont bonnes. En effet, de nombreux indicateurs sont dans le vert. Par exemple, l’Ethereum a réussi sa migration vers un modèle de POS (Proof-Of-Stake) plus vertueux sur le plan environnemental. Cela va contribuer à renforcer son attractivité auprès des développeurs.

En parallèle, le marché de la DeFi poursuit sa structuration et son développement. Si le secteur a subi les remous du bear market de 2022, il a en revanche gagné en crédibilité suite aux nombreux scandales apparus sur les exchanges centralisés.

​Les projets DeFi utilisant des tokens ERC20 et comment en profiter

La blockchain Ethereum est la reine en matière d’applications décentralisées. Sans surprise, c’est aussi le principal support utilisé par la DeFi à l’heure actuelle. D’après les données de CoinMarketCap, les 5 projets DeFi les plus importants en matière de capitalisation qui utilisent des tokens ERC20 sont :

Pour prendre part à ces projets d’envergure, il vous suffit d’acheter les tokens correspondants. En achetant l’un de ses tokens ERC20, vous contribuez au développement de la plateforme. De plus, en général, cela vous octroie des droits en matière de gouvernance.

Un token ERC20 est un jeton qui fonctionne sur la blockchain Ethereum et souscrit à la norme ERC20.
Non, le Bitcoin fonctionne sur sa propre blockchain. Il s’agit donc d’une crypto et pas d’un token ERC20.
Un token ERC20 est fongible, c’est-à-dire qu’il peut s’échanger. Un token ERC721 est non-fongible, chaque token est unique. La norme ERC721 est celle utilisée pour les NFT.
Il existe des centaines de tokens ERC20 sur le marché. A l’heure actuelle, les tokens ERC20 les plus importants en matière de capitalisation sont USD Coin (USD), Dai (DAI), Wrapped Bitcoin (WBTC), Shiba Inu (SHIB) et UNUS SED LEO (LEO).
Un token ERC20 est un jeton qui permet le fonctionnement d’une plateforme ou d’un réseau décentralisé. Il peut s’agir de jetons associés au domaine des mèmes, des NFT, du métavers, de la DeFi, etc.