La blockchain est une technologie passionnante. Découvrez ses champs d’application, les possibilités, et les opportunités d’investissement liés à la blockchain.

Ce que ce guide vous apprendra:

  • Comprendre ce qu’est la blockchain et à quoi elle sert
  • Découvrir les champs d’application de la blockchain

À savoir avant de commenter ce guide:

Aucune connaissance préalable n’est requise pour la lecture et la compréhension du contenu de cette publication.

blockchain illustration

La blockchain fait parler d’elle depuis maintenant quelques années. Grâce aux crypto-monnaies, celle-ci s’est largement popularisée et tend maintenant vers d’autres horizons. Au cours de cet article, nous verrons donc ce qu’est la blockchain et comment elle fonctionne. Nous verrons ses avantages, ses inconvénients, et ses champs d’application. Nous passerons en revue la notion de sécurité et de confidentialité de la blockchain, et nous terminerons par essayer de comprendre ce que pourrait devenir la blockchain d’ici les prochaines années.

Binance

  • Faibles frais
  • Plus de 600 cryptos
  • Plus gros exchanges crypto

Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain (chaîne de blocs, en français) est une technologie de stockage et de transmission d’informations. Celle-ci se veut transparente, sécurisée et décentralisée. Elle repose sur un réseau d’ordinateurs connectés entre eux, appelés nœuds, qui travaillent ensemble afin de valider et enregistrer les transactions dans des blocs.

Sur la blockchain, chaque bloc contient les informations relatives aux transactions récentes en plus d’un lien vers le bloc précédent, formant ainsi une « blockchain ». Cette structure permet de garantir l’intégrité des données en rendant les modifications ou les falsifications difficiles, voire impossibles. On dit que la blockchain est immuable.

Les blockchains utilisent des algorithmes cryptographiques complexes pour sécuriser les transactions et les données. Chaque transaction est alors vérifiée et validée par les nœuds du réseau. La notion d’autorité centrale de confiance, telle qu’une banque ou un gouvernement, devient alors obsolète et inutile.

La blockchain est majoritairement connue pour son utilisation dans le domaine des cryptomonnaies, à l’instar de Bitcoin. Elle est alors utilisée comme registre public pour enregistrer toutes les transactions. Toutefois, comme nous le verrons un peu plus tard, cette technologie a également d’autres champs d’application possibles, comme la santé, l’immobilier, ou encore la logistique.

Comment fonctionne la blockchain ?

chaîne de blocs

C’est grâce à un processus appelé « consensus » que la blockchain fonctionne. Le consensus permet aux participants du réseau de parvenir à un accord sur l’état actuel du registre. Voici les principales étapes du fonctionnement d’une blockchain classique :

  • La transaction : Une transaction est initiée par un utilisateur de la blockchain afin d’envoyer des cryptos ou des données. Dans le cas des cryptomonnaies, on envoie simplement des tokens d’un compte à l’autre.
  • La vérification : La transaction est alors soumise au réseau pour vérification. Les nœuds vérifient la validité de la transaction, notamment si l’émetteur possède les fonds nécessaires et si la transaction respecte les règles du système.
  • Le regroupement des transactions : Les transactions validées sont ensuite regroupées au sein d’un bloc. Chaque bloc contient un identifiant unique appelé « hash ». Celui-ci est généré à partir des données du bloc.
  • Minage cryptomonnaie : Certaines blockchains, comme celle de Bitcoin, utilisent le mécanisme de minage pour ajouter de nouveaux blocs à la chaîne. Les mineurs, participants actifs du réseau, résolvent des problèmes mathématiques complexes pour valider les transactions. En échange, ils acquièrent une partie des frais de transaction comme récompense.
  • Consensus : Lorsqu’un mineur a résolu le problème mathématique, il propose le nouveau bloc aux autres nœuds du réseau. Les autres nœuds vérifient le bloc et l’ajoutent à la chaîne si les nœuds tombent d’accord entre eux.
  • Le chaînage : Chaque bloc ajouté à la chaîne contient un lien vers le bloc précédent afin de former une chaîne continue. L’intégrité de la blockchain est alors assurée, puisque toute modification apportée à un bloc précédent nécessiterait la modification de tous les blocs suivants.
  • Réplication : La blockchain est finalement répliquée sur tous les nœuds du réseau. Chaque nœud possède alors une copie exacte et intégrale du registre. La transparence est ainsi assurée ainsi que la résilience du réseau.

Découvrez les meilleures formations pour la création de cryptos.

Avantages et inconvénients de la blockchain

La technologie proposée par la blockchain semble intéressante. Celle-ci possède de nombreux avantages, mais également quelques inconvénients qu’il convient de mentionner.

Avantages

  • Décentralisation : La blockchain fonctionne de manière décentralisée du fait de sa nature. Le besoin de tiers de confiance étant complètement éliminé, les transactions deviennent plus transparentes, et le système plus autonome.
  • Sécurité : Les algorithmes utilisés par la blockchain sont particulièrement complexes. Lorsqu’une transaction est enregistrée dans un bloc puis ajoutée à la chaîne, il est alors extrêmement difficile, voire impossible, de la modifier ou de la falsifier.
  • Transparence : Toutes les transactions ayant eu lieu sur la blockchain sont visibles publiquement. Dans le cas de la traçabilité de produit, ce principe a toute son utilité.
  • Réduction des coûts : La blockchain est très efficace en termes de réduction des coûts. En l’absence d’intermédiaire, les transactions coûtent alors moins cher.
  • Intégrité des données : La structure en chaîne de blocs garantit l’intégrité des données. Lorsqu’une transaction est enregistrée, elle ne peut pas être modifiée sans l’accord du réseau tout entier.

Inconvénients

  • L’évolutivité : Selon l’usage, la blockchain peut rencontrer des problèmes d’évolutivité, en raison d’une grande quantité de données stockées et traitées par chaque nœud du réseau. Conséquence, la vitesse de transaction s’en trouve grandement impactée.
  • Les coûts énergétiques : Les mécanismes de consensus ne sont pas tous égaux entre eux en termes de coûts énergétiques. Actuellement, la blockchain de Bitcoin (BTC) est plus gourmande en énergie que la blockchain Ethereum.
  • La confidentialité des données : La sécurité des transactions est garantie sur la blockchain, mais pas la confidentialité des données. Les données enregistrées sur la blockchain sont publiques, ce qui peut poser des problèmes dans certains cas.
  • La complexité technique : La mise en place et la compréhension de la blockchain sont relativement complexes. Il est nécessaire d’être expert afin de pouvoir développer sa propre blockchain et de résoudre les problèmes potentiels liés à celle-ci.

Les cryptomonnaies basées sur la blockchain

bitcoin illustration

Du fait de sa nature, la blockchain propose un environnement parfaitement pensé pour les crypto-monnaies. Par ailleurs, les tokens sont une ressource quasiment indispensable dans le fonctionnement d’une blockchain.

Dans le cas des crypto-monnaies les plus connues, comme le Bitcoin (BTC) ou l’Ether (ETH), il s’agit de moyen de paiement, mais également de moyen de sécurisation du réseau. En effet, tout dépend de la raison pour laquelle la cryptomonnaie a été créée et pensée. Dans le cas de Bitcoin, c’est le whitepaper de Satoshi Nakamoto qui explique que la crypto devrait être un « système de paiement électronique pair-à-pair ». Toutefois, toutes les cryptos n’ont pas la même vocation.

De manière générale, le modèle de blockchain est donc choisi en fonction de l’usage voulu et de l’objectif. De la même manière, il existe des blockchains sans crypto-monnaie dont le but est simplement l’échange de données sans besoins financiers ou économiques.

Coinbase

  • Exchange régulé
  • Plateforme conviviale
  • Formation aux cryptos offerte

Les champs d’application de la blockchain

Outre le domaine des crypto-monnaies et l’évident usage financier et spéculatif, la blockchain permet également d’autres innovations. En voici quelques-unes :

  • Logistique et chaînes d’approvisionnement : La blockchain, du fait de sa nature, permet une traçabilité précise et durable. Elle permet alors de tracer un produit tout au long d’une chaîne d’approvisionnement. Ainsi, il est possible de vérifier l’origine, l’authenticité et les conditions de transport d’un produit donné. Cet usage s’avère particulièrement utile dans le secteur pharmaceutique, dans l’industrie alimentaire et dans le luxe.
  • Le secteur de la santé : La technologie proposée par la blockchain permet également de faciliter le partage sécurisé des données médicales entre les professionnels de santé et les patients. La coordination des soins est alors améliorée et le parcours de soin du malade est optimisé. Dans le cadre de la recherche médicale ou retrouve également souvent des blockchains.
  • L’identité numérique : La blockchain permet de créer des systèmes d’identité numérique décentralisés et sécurisés. Cela permet aux individus de contrôler et de partager leurs informations de manière sécurisée, tout en réduisant les risques de fraude et d’usurpation d’identité.
  • Les smart contracts : Les smart contracts basés sur la blockchain permettent un océan de possibilités. En pratique, ces derniers permettent d’automatiser de nombreuses tâches sans nécessité d’intermédiaire. Les contrats intelligents peuvent être utilisés dans de nombreux domaines comme l’immobilier, les services financiers, les assurances ou encore le commerce international.
  • La gouvernance : Nombreuses sont les blockchains qui proposent à leurs membres de voter. La technologie permet ici de faciliter les systèmes de vote et de permettre une plus grande participation. Par ailleurs, la blockchain permet ici de créer des registres publics des décisions et des contrats publics, améliorant ainsi la transparence et la responsabilité.
  • L’énergie : La blockchain pourrait également être utilisée pour créer des réseaux énergétiques complètement décentralisés. Les producteurs et les consommateurs pourraient alors échanger directement de l’énergie et obtenir un visuel sur la provenance de celle-ci. La réduction des coûts serait alors garantie, et l’absence d’intermédiaire permettrait une approche plus humaine.

Les limites de la blockchain

limites blockchain

Comme nous l’avons vu plus tôt, la blockchain comporte quelques inconvénients, bien malgré son aspect pratique et attractif. Il est également important de mentionner, dans un souci d’objectivité, les limites d’une telle technologie.

Tout d’abord, il faut bien comprendre que l’évolutivité est l’un des problèmes majeurs de toutes les blockchains. En d’autres termes, celle-ci a des difficultés à évoluer lorsqu’il s’agit de prendre en charge un grand nombre de transactions. Il est courant que des blockchains publiques se retrouvent alors encombrées, et que les transactions prennent beaucoup plus de temps que d’habitude. Au passage, les frais de transaction deviennent alors bien supérieurs, et parfois irréalistes.

La vitesse de transaction représente d’ailleurs un autre problème majeur de la blockchain. Aujourd’hui, de nombreuses blockchains ont tendance à essayer de faire mieux que d’autres, en proposant des vitesses de transactions plus performantes. Toutefois, de manière générale, la plupart des blockchains ont besoin de quelques minutes afin de traiter une transaction dans les meilleurs délais.

Concernant les coûts en énergie, Bitcoin est le mauvais élève de la classe. Selon un article du Monde, publié en 2022, le minage du BTC consomme environ autant d’énergie qu’un pays comme la Finlande. Du côté des transactions, on estime que le réseau consomme environ 140 térawattheures d’électricité par an. Il existe donc une réelle urgence concernant la consommation d’énergie des blockchains.

Ensuite, il faut regarder du côté de l’interopérabilité pour comprendre que les blockchains ont des difficultés dès lors qu’il s’agit de travailler entre elles. Chaque blockchain possède ses propres codes, ses propres règles et ses propres limites. La collaboration entre plusieurs blockchains est alors très compliquée.

Enfin, le problème principal réside dans l’adoption générale de la blockchain et des cryptomonnaies. Le domaine fait encore et toujours face à des défis liés à la sensibilisation, à l’éducation et à la confiance. De nombreux individus considèrent encore la blockchain et les cryptos comme des arnaques et n’hésitent pas à se positionner en véritable détracteur d’une technologie pourtant intéressante dans bien des milieux.

Blockchain publique vs. Blockchain privée : quelles sont les différences ?

Si la plupart des blockchains connues du grand public sont des blockchains publiques, il est important de noter qu’il existe également des blockchains privées. Or, les deux concepts sont drastiquement différents sur bien des points.

 Blockchain publiqueBlockchain privée
AccessibilitéBlockchain ouverte à tous et consultable par n’importe qui. Tout le monde peut participer à la validation des transactions et accéder aux données de la blockchainBlockchain réservée à un groupe restreint. L’accès est limité et contrôlé.
TransparenceTransparence totale avec un registre visible par tout le mondeNe possède pas forcément de registre. Si c’est le cas, seuls les membres autorisés y ont accès
ConfidentialitéConfidentialité garantie en termes d’identité mais pas en termes de donnéesDonnées visibles uniquement par les membres du réseau
SécuritéConsensus décentralisé via un mécanisme de preuve de travail ou de preuve d’enjeuVariable selon les blockchains
GouvernanceDécentralisée, basé sur un consensus communautaireCentralisée avec un groupe restreint qui possède un pouvoir décisionnaire

Les blockchains publiques sont donc ouvertes à tout un chacun, se veulent transparentes et décentralisées. À l’inverse, les blockchains privées sont réservées à un groupe choisi d’individu. Ces dernières offrent toutefois un niveau de confidentialité supérieur mais sont généralement plus centralisées. Le choix entre public et privé dépendra donc de l’usage et de l’objectif recherché.

Comment investir dans la blockchain ?

blockchain comment investir

La blockchain propose une technologie intéressante qui pourrait représenter l’avenir de nombreux domaines. Pour plusieurs raisons, il s’avère donc intéressant d’investir dans la blockchain. Pour ce faire, il existe plusieurs moyens :

  • Les cryptomonnaies : C’est certainement la porte d’entrée la plus évidente vers la blockchain. Il est possible d’investir dans la blockchain voulue en achetant simplement le token natif de cette dernière. Il est également possible de passer par un site de trading afin d’y acheter des tokens et ainsi d’investir dans la technologie offerte par la blockchain.
  • Les actions des sociétés spécialisées : Certaines entreprises sont directement impliquées dans le développement de la blockchain. Il est alors possible d’acheter des actions dans ces sociétés afin d‘espérer un retour sur investissement dès lors que la blockchain sera adoptée plus largement par le grand public.
  • Les fonds d’investissement : Il existe des fonds d’investissement spécialisés dans la blockchain. Ces derniers permettent aux investisseurs d’accéder à un portefeuille diversifié d’entreprises liées à la blockchain directement ou indirectement.
  • Les Initial Coin Offerings (ICO) : Il s’agit de levées de fonds par des projets basés sur la blockchain. Ces derniers mettent alors en vente leur propre token afin de lever les fonds nécessaires au lancement de leur projet. Voir comment lancer vos tokens avec succès.

Binance

  • Faibles frais
  • Plus de 600 cryptos
  • Plus gros exchanges crypto

Quel avenir pour la blockchain ?

L’avenir de la blockchain semble plutôt prometteur. La technologie proposée par cette dernière couvre effectivement un large panel de possibilités et de champs d’action. De nombreux éléments sont en faveur d’une adoption plus globale qui, une fois réalisée, permettra une explosion littérale de la blockchain.

L’adoption de cette technologie est croissante. Dans la finance, la logistique et la santé, on assiste à une augmentation de l’intérêt de la part de nombreux acteurs de différentes industries. De plus, l’interopérabilité, l’un des problèmes majeurs de la blockchain, tend à se résoudre grâce à de plus amples recherches dans le domaine. Notons également l’évolution des protocoles de consensus. Ces derniers sont constamment améliorés, permettant un seuil de sécurité et de confidentialité encore plus important, sans pour autant négliger la décentralisation.

De manière plus large, force est de constater que l’évolution de la réglementation en vigueur concernant la blockchain est en plein mouvement. Alors que de nombreux pays se penchent sur la question, l’intérêt accordé à la blockchain y contribue positivement. Enfin, dans les pays en développement, la technologie de la blockchain permet des avancées significatives.

La blockchain semble donc avoir de beaux jours devant elle. Toutefois, pour l’heure, il s’agirait surtout d’éduquer et de sensibiliser les populations de manière plus efficace et à plus grande échelle.

Conclusion

La blockchain est une technologie révolutionnaire qui offre des possibilités passionnantes dans de nombreux domaines. Son fonctionnement décentralisé et sécurisé permet de créer des réseaux transparents et fiables pour enregistrer et vérifier des transactions. Les applications de la blockchain sont vastes, allant de la finance à la logistique, en passant par la santé et l’énergie.La blockchain permet une traçabilité accrue, une réduction des coûts et des possibilités de gouvernance innovantes. Alors que la technologie continue de se développer et de s’améliorer, il est essentiel de surveiller de près son évolution et ses implications pour tirer pleinement parti de son potentiel.

Binance

  • Faibles frais
  • Plus de 600 cryptos
  • Plus gros exchanges crypto

Questions fréquentes

Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain est une technologie décentralisée qui permet une meilleure traçabilité, plus de confidentialité et plus de sécurité lors d’échange d’actifs et de données.

Comment fonctionne une blockchain ?

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une chaîne de bloc immuable qui se comporte comme un registre. Celui-ci comporte toutes les transactions réalisées depuis sa création. La blockchain ne peut pas être modifiée.

À quoi sert la blockchain ?

Comme expliqué dans cet article, la blockchain possède de nombreux champs d’application de la finance à la santé en passant par la logistique.

Comment créer sa propre blockchain ?

La création d’une blockchain nécessite des connaissances avancées en programmation et en développement logiciel, ainsi que des compétences techniques avancées.

Quel est l’avenir de la blockchain ?

La blockchain semble avoir de beaux jours devant elle. Toutefois, pour le moment, il est nécessaire de fournir un effort d’éducation à grande échelle afin de sensibiliser plus de personnes.

Sur l'auteur

Romaric

Romaric tient avant tout à partager un contenu de qualité avec ses clients, mais surtout avec ses lecteurs. Aujourd’hui, il fait partie de l’équipe de Tokize et délivre des contenus pertinents en rapport avec les crypto-monnaies, les nouvelles technologies, et la blockchain.